Embolisation fibromes utérins

 

Une alternative thérapeutique à la chirurgie des fibromes, hystérectomie

Trop souvent, les fibromes utérins inquiètent. Pourtant, cette pathologie est bénigne et courante. Asymptomatiques, douloureux ou invalidants, les fibromes utérins se manifestent différemment à tous les âges de la vie d’une femme.

Aujourd’hui, pour soigner les fibromes utérins, les praticiens disposent d’une  gamme thérapeutique plus large et souvent moins invasive qu’autrefois. Le choix d’une solution thérapeutique personnalisée ne peut s’envisager qu’autour de la collaboration et de la concertation de différents spécialistes aux compétences complémentaires; gynécologues, chirurgiens gynécologues, radiologues interventionnels, anesthésistes et obstétriciens, tous  qualifiés et concernés par cette pathologie.

L’objectif de ce site est double :

  • Informer les patientes sur les solutions médicales et thérapeutiques les plus moderne, les moins invasives et les plus adaptées à chaque situation.
  • Informer les professionnels de santé sur l’actualité médicale et scientifique traitant des fibromes utérins.

Qu’est ce qu’un fibrome utérin?

Également appelés myomes, léiomyomes ou fibromyomes, les fibromes utérins sont non cancéreux. Il s’agit d’une maladie qui se soigne. Ils se développent au niveau de l’utérus (à l’intérieur du tissu musculaire utérin, dans la cavité pelvienne.) et apparaissent seuls ou en groupe. Si certains fibromes sont quasiment microscopiques, d’autres peuvent atteindre la taille d’un pamplemousse.

Embolisation des artères utérines

L’embolisation a tout d’abord été proposée comme alternative à l’hystérectomie, son indication s’est depuis diversifiée. C’est une technique de radiologie interventionnelle peu invasive qui est utilisée dans le cas de fibrome utérin. L’embolisation est également pour le traitement d’hémorragies génitales ou en suivi post-chirurgical.

Un bilan clinique associé à une IRM ainsi qu’un écho-doppler permet de définir la localisation ainsi que la vascularisation du/des fibromes.

L’IRM permet notamment d’éliminer une adénomyose responsable d’une moindre efficacité de l’Embolisation des Artères Utérins. L’intervention est réalisée en bloc de radiologie interventionnelle, sous anesthésie locale.

Par la suite, le radiologue effectue une petite incision au niveau de l’aine afin d’insérer un cathéter dans l’artère fémorale. Le cathéter chemine jusqu’aux artères utérines où des microbilles calibrées sont libérées et obstruent la vascularisation du fibrome.  Enfin, les microbilles sont suffisamment grosses pour ne pas aller obstruer les artères plus fines du myomètre.

L’objectif est d’obtenir une nécrose ischémique du (ou des) fibrome(s).

Par ailleurs, un protocole antalgique est programmé avant l’intervention. Un protocole  à base d’antalgiques morphiniques que la patiente peut contrôler avec une pompe durant l’intervention.

Un anti-inflammatoire non stéroïdien est associe au traitement antalgique pour cette embolisation des artères utérines.

Embolisation fibrome utérin – Illustration

Prendre rendez-vous pour une consultation