Les traitements médicamenteux

Quel traitement

Les traitements médicaux restent encore aujourd’hui décevants dans la prise en charge des fibromes utérins. Actuellement, il n’y a pas de traitement médical susceptible de faire disparaître les fibromes utérins. En dehors de la période préopératoire, ces traitements visent uniquement à soulager les symptômes liés aux fibromes utérins. Il n’y a donc pas d’indication à recourir à un traitement médical en cas de fibrome utérin asymptomatique, excepté chez les patientes infertiles. Malheureusement, beaucoup de ces traitements présentent un certain nombre d’effets secondaires, souvent mal acceptés et tolérés.

Précisons que certains médicaments encore en cours d’étude s’annoncent prometteurs.

Les progestatifs

(Lutényl©, Lutéran©…)

Les progestatifs ne réduisent  pas le volume des fibromes utérins et n’empêchent pas leur croissance. Ils permettent de diminuer l’abondance des règles et des saignements inter-menstruels.

Les anti-fibrinolytiques 

(Exacyl©, Dycinone©….)

Les anti-fibrinolytiques sont efficaces sur l’abondance des règles et sont prescrits pendant les saignements.

Les anti-inflammatoires

Certains anti-inflammatoires comme l’acide méfénamique (Ponstyl©) peuvent également contribuer à diminuer l’importance des saignements tout en ayant une bonne efficacité sur les douleurs gynécologiques.

Les antalgiques

Ils sont d’utilisation fréquente en fonction de l’intensité et de la variété des douleurs.

Traitements médicamenteux de préparation à la chirurgie des fibromes utérins

Les agonistes de la GnRH (Décapeptyl©, Enantone©)

Ils sont indiqués chez des patientes présentant une anémie importante secondaire aux saignements chroniques. Ils agissent en provoquant une ménopause transitoire. Associés à un traitement de l’anémie par une supplémentation en fer, ils permettent de remonter le taux des globules rouges. Ils permettent aussi de diminuer les pertes de sang de l’intervention chirurgicale. Au final, ils permettent de diminuer le risque de transfusion sanguine de l’intervention.

Ces traitements réduisent également le volume des fibromes utérins et permettent, dans certains cas,  de proposer des traitements chirurgicaux moins lourds via les techniques de chirurgie vidéo-assistée.

ESMYA© 5mg

ESMYA© 5mg est un nouveau médicament indiqué dans le traitement pré-opératoire des symptômes modérés à sévères des fibromes utérins chez la femme adulte en âge de procréer. Son principe actif, l’ulipristal acétate, est un modulateur des récepteurs de la progestérone.

Il sert en particulier à diminuer la taille et le saignement des fibromes, en préopératoire, pour faire remonter le taux d’hémoglobine. L’alternative est alors l’agoniste de la GnRH, mais elle entraîne une ménopause temporaire avec tous ses effets secondaires – contrairement à Esmya, qui présentait donc un avantage pour le confort des patientes .

Après le signalement d’atteintes hépatiques graves suite à la prise d’ESMYA ,une reévaluation du rapport bénéfice/risque  est attendu pour mai 2018.

Les nouveaux traitements médicamenteux

La mifépristone (mifegyne©) a montré une certaine efficacité dans le traitement des fibromes utérins. Une administration journalière de ce traitement a montré une réduction du volume de l’utérus et des fibromes ainsi qu’une amélioration de la qualité de vie des patientes. Cependant, certains effets indésirables ont été décrits comme des bouffées de chaleurs et un épaississement de la muqueuse utérine. Ce traitement est en cours d’étude sur de grands effectifs de patientes et avec des durées d’administrations du traitement supérieures à 12 mois.

Autres traitements pré-opératoires

En cas d’anémie liés aux saignements génitaux chroniques, une supplémentation en fer est recommandée. Ce traitement est administré le plus souvent par voie orale ou parfois dans les formes sévère par voie veineuse.