Les traitements chirurgicaux

Les traitments chirurgicaux: La myomectomie

La myomectomie consiste à retirer chirurgicalement le ou les fibromes utérins de l’utérus. Ce traitement est principalement réservé aux femmes ayant un désir de grossesse. Dans certains cas, il peut être proposé aux femmes proche de la ménopause ou déjà ménopausées. Le choix du type d’intervention dépend de la taille, du nombre et de la position du ou des fibromes au sein de l’utérus.

La myomectomie peut être réalisée par les voies naturelles ou par voie abdominale (après ouverture du ventre).Toutes ces interventions nécessitent une anesthésie générale ou loco-régionale (une partie du corps seulement est anesthésiée et la patiente est consciente pendant l’intervention). Le choix de l’anesthésie est abordée avec le médecin anesthésiste lors de la consultation d’anesthésie et dépend du type d’intervention. Dans certains cas, un traitement médical ou une embolisation transitoire et préopératoire des fibromes utérins est réalisée afin de diminuer les risques de saignement liés à l’intervention. Dans d’autres situations, la combinaison de la myomectomie et de l’embolisation définitive des fibromes utérins peut s’avérer être une excellente alternative à l’ablation de l’utérus.

La myomectomie par hysteroscopie

Cette technique endoscopique  peu invasive permet grâce à une mini caméra munie d’un dispositif chirurgical très fin de retirer le ou les fibromes par les voies naturelles. Elle est réservée aux fibromes localisés dans la cavité de l’utérus qui ne sont pas trop gros, ni trop nombreux. Le dispositif chirurgical est introduit dans le col de l’utérus puis dans la cavité utérine. Un liquide est injecté dans la cavité utérine pour permettre de visualiser le ou les fibromes utérins situés tout ou partie dans la cavité utérine puis de les retirer.

Cette intervention peut-être réalisée en ambulatoire. Les suites opératoires sont le plus souvent très simples et peu douloureuses. Lorsque le fibrome est trop volumineux, un traitement médical pré-opératoire de quelques mois peut permettre de diminuer sa taille et d’envisager sa résection par hysteroscopie. Mais ce traitement médical n’est pas toujours suffisant et l’ablation du ou des fibromes peut nécessiter plusieurs interventions par hysteroscopie. La myomectomie par cœlioscopie est également une bonne alternative chirurgicale dans cette situation.

La myomectomie par coelioscopie

Pour certains types de fibromes utérins, la myomectomie par cœlioscopie est une excellente solution chirurgicale. La cœlioscopie consiste à introduire une mini caméra par une ouverture d’un centimètre au niveau du nombril. La cavité abdominale est gonflée à l’aide de gaz pour permettre la visualisation de l’utérus porteur des fibromes utérins. Trois autres minuscules ouvertures sont réalisées au niveau du bas ventre. Des instruments chirurgicaux y sont introduits afin de retirer les fibromes utérins.

Cette technique permet de diminuer les douleurs post-opératoires, la durée d’hospitalisation et d’obtenir une convalescence plus rapide qu’autrefois. Malheureusement, les fibromes utérins sont parfois beaucoup trop volumineux et/ou trop nombreux pour pouvoir envisager une technique peu invasive de myomectomie.

La myomectomie par laparotomie

Cette intervention consiste à retirer le ou les fibromes de l’utérus après ouverture de la paroi abdominale. La cicatrice cutanée est horizontale, juste au dessus des poils pubiens. Cette méthode chirurgicale est la plus classique et la plus ancienne de toute. Aujourd’hui, elle reste indiquée lorsque les fibromes utérins sont trop nombreux et/ou trop volumineux pour pouvoir être retirés par les autres techniques chirurgicales plus modernes et moins invasives. Grâce aux progrès des techniques d’anesthésie et de la gestion de la douleur, les suites opératoires sont beaucoup simples qu’auparavant.

.

La myomectomie par voie vaginales

Cette intervention consiste à retirer le ou les fibromes de l’utérus après ouverture de la paroi abdominale. La cicatrice cutanée est horizontale, juste au dessus des poils pubiens. Cette méthode chirurgicale est la plus classique et la plus ancienne de toute. Aujourd’hui, elle reste indiquée lorsque les fibromes utérins sont trop nombreux et/ou trop volumineux pour pouvoir être retirés par les autres techniques chirurgicales plus modernes et moins invasives. Grâce aux progrès des techniques d’anesthésie et de la gestion de la douleur, les suites opératoires sont beaucoup simples qu’auparavant.

.

La technique combinée embolisation-chirurgie

Cette technique combine l’embolisation définitive des fibromes utérins à l’ablation chirurgicale du/des fibromes utérins à risques de complications. Elle nécessite une collaboration très étroite entre radiologues embolisateurs et chirurgiens gynécologues.